le réalisme sentimental (1880 - 1893)

les années 20

 
 

le symbolisme (1894 - 1899)

les années 30

 
 

l'intimisme (1900-1914)

la postérité

 

Gerberoy

La Neige, Chartres

La Fenêtre du midi, Bormes-les-Mimosas

La Nappe rose, Gerberoy

La Table d'automne, Gerberoy

 

LES ANNÉES 20

Après la grande guerre, Le Sidaner reprend ses voyages d’études et pendant dix ans, travaille sans relâche à composer la partie la plus spectaculaire de son œuvre.

Les toiles de cette période témoignent d’une véritable maturité artistique. La technique de l’artiste a suivi une évolution naturelle. Peu à peu la touche est devenue plus franche, la lumière moins indécise, l'auteur a délaissé les lueurs diffuses des gris bleu et des blancs nacrés et s'efforce désormais, par touches juxtaposées, de fixer des gammes plus audacieuses. Si la mise en page est majestueuse, il parvient, grâce à la seule maîtrise du ton, à retrouver cette douceur singulière des œuvres du début du siècle. Les couleurs de la palette peuvent être maintenant plus éclatantes, le peintre a su néanmoins conserver cette douceur qui fait toute l'originalité de ses toiles.

Il va surtout au cours des années vingt chercher à rendre la poésie de cette ancienne France, qui a aujourd’hui presque disparue. Ainsi, les vues de Versailles dans lesquelles il réussit à nous communiquer cette familiarité que lui inspire le décor du parc, les majestueuses études rapportées de ses séjours en Bretagne, les toiles peinte dans le midi de la France parmi les plus heureuses et les plus lumineuses de son œuvre, surtout les tables desservies du jardin de Gerberoy, confirment une notoriété qui font de Le Sidaner un des artistes les plus recherchés de sa génération.

« Mr. Le Sidaner est le peintre de l’intimité la plus discrète, la plus noble en son décor familier, la plus digne d’un artiste et d’un poète. » (Albert Croquez)